Rechercher

Le phénomène TRUMP

Mis à jour : nov. 12



Suite aux résultats des élections américaines, Joe Biden sera le prochain président des États-Unis et Donald Trump, bien qu’en date d’aujourd’hui se refuse toujours de concéder la victoire, devra remettre les clés de la maison blanche en janvier prochain. Je crois pouvoir m’avancer en disant que pour le reste du monde, cette victoire est celle de la décence sur le cynisme, mais pour les Américains qu’en est-il vraiment?

Malgré les quatre dernières années tumultueuses à la maison blanche empreintes des frasques de Donald Trump qui ont semé l’incertitude, la division et provoqué plusieurs tensions à l’international, près de la moitié des électeurs américains ont tout de même voté pour lui aux dernières élections. En ce qui me concerne, ça reste un grand mystère.

Afin de mieux comprendre le phénomène, voici quelques facteurs qui influencent le vote aux États-Unis :


- Avant tout, il faut savoir que comme ailleurs dans le monde, bien des gens s’identifient à un parti politique et certains en font pratiquement une religion. Être « démocrate » ou « républicain », c’est avant tout adhérer aux grands principes mis de l’avant par le parti, et ces derniers ne votent pas nécessairement pour un candidat, ils votent pour un parti.


- Certains électeurs votent en étant influencés par la peur et sont prêts à suivre celui qui leur inspirera le plus grand sentiment de sécurité. Bien sûr on parle ici de la peur de perdre ses acquis et son mode de vie. Mais il faut aussi se rappeler que depuis les années 50, la politique américaine est basée sur la « peur ». La peur du communisme a mené à des décennies de « Guerre froide », à la guerre de Corée et celle du Vietnam. La guerre d’Irak a été trompeusement placée sous la menace d’armes chimiques, et celle d’Afghanistan en réponse à la menace terroriste. Il semble que ce grand pays soit constamment impliqué dans une guerre quelque part autour du globe.


- D’autres sont tout simplement galvanisés par les discours enflammés et portent un culte sans discernement à celui qui sait faire preuve de persuasion.

Ce qui est compréhensible, c’est qu’en 2016, les gens avaient un criant besoin de changement et clairement le style de Donald Trump détonnait complètement avec celui d’Hillary Clinton, qui pour la plupart d’entre eux, était une représentante de

« l’establishment », alors que Trump se présentait comme le représentant du peuple et des travailleurs (même si c’était très loin de la vérité), mais ça, c’était en 2016 …

Aujourd’hui, ce que Donald Trump a démontré au cours de son mandat présidentiel, c’est que le personnage est à l’opposé de ce qu’on attend de la plus grande démocratie au monde. Narcissique à l’extrême, raciste, misogyne, menteur, méprisant et j’en passe. En quatre ans, Donald Trump c’est affairé à creuser le faussé qui divise le peuple américain et à miner le respect des institutions qui sont le fondement de ce grand pays.

Ce qui est particulièrement déplorable, c’est que la moitié des Américains semblent totalement ignorer les impacts négatifs des politiques de Donald Trump et des dégâts irréversibles qu’il va laisser derrière lui. C’est comme si l’Amérique profonde vivait dans une bulle totalement coupée du reste du monde, sans aucune conscience de ce qui se passe réellement à l’échelle de la planète, ignorant les enjeux de société, de santé publique, de pollution, de réchauffement planétaire, sans oublier ceux liés aux relations internationales.

Ce qui est encore plus dérangeant, c’est que de toute évidence, beaucoup de gens semblent croire tout ce qu’on leur dit sans faire preuve d’un minimum de discernement. Particulièrement si la source semble plausible (ce qui devrait être normalement le cas pour le président de la nation). Ces derniers avalent tout comme étant la plus pure des vérités, même en l’absence de tout fondement et sans aucune preuve. Alors, imaginez un peu le pouvoir que ça donne à un grand manipulateur.

Ironiquement, dès le début de son mandat Donald Trump a crié aux « Fake News », (fausses nouvelles), laissant entendre que les médias américains propageaient de fausses nouvelles, voir des mensonges. La réalité c’est que les médias se basent sur des faits et des sources vérifiables, alors que Donald Trump n’a cessé de propager des mensonges et d’encourager les théories conspirationnistes. Appréhendant une possible défaite aux dernières élections, il a propager des rumeurs de fraudes électorales bien avant les élections, une stratégie qui de toute évidence est sans aucun fondement.

Les livres d’histoire en auront sûrement long à dire sur cette période de la politique américaine. Malheureusement, avant que le peuple américain ne prenne pleinement conscience de ce qui s’est réellement passé, cette période aura laissé des cicatrices profondes qui ne guériront peut-être jamais.

Finalement, le grand mystère réside dans le fait que bien des Américains ont donné leur vote à Donald Trump, comme s’ils endossaient l’homme et l’ensemble de son œuvre. Était-ce vraiment le cas ou uniquement dans le but de préserver leurs intérêts personnels? Peu importe, dans les deux cas, ça reste profondément triste!

Pour le mot de la fin, j’aurais envie de dire que l’histoire nous a démontré que certains individus ont le don de manipuler des peuples entiers, même si ce n’est que pour les pousser vers de sombres abîmes. Au regard du personnage qui a su mobiliser la moitié du pays en tenant des discours mensongers et en l’absence d’une démocratie bien instaurée, il n’y a aucun doute dans mon esprit que Donald Trump aurait pu avoir sa place dans les livres d’histoire au côté de personnage tel que Staline, Mussolini et Hitler.

Bref, merci à la démocratie, nous l’avons échappé belle!

8 vues
 

Formulaire d'abonnement

©2020 par Le Gros Bon Sens. Créé avec Wix.com