Rechercher

On n’est pas des valises

Dernière mise à jour : avr. 2



Le marketing, cette invention du XXe siècle qui s’emploie à nous créer des besoins pour nous inciter à toujours plus consommer, prend parfois des allures qui frisent le ridicule, comme si nous étions tous déficients intellectuellement.

Au cours des ans, certaines pubs ont marqué les esprits et on en parle encore aujourd’hui. Beaucoup d’entre nous se souviennent de « Oui papa! » et de « C’est Vitagro qu’il vous faut ». Eh bien oui, le ridicule ne tue pas. Dans certains cas, plus la pub est mauvaise et plus elle imprègne les esprits et c’est clairement le but recherché : parlez-en en bien ou en mal, mais parlez-en!


D’autres pubs sont pratiquement des œuvres d’art, certaines nous touchent par leur pointe d’humour et nous font sourire. Par contre, et c’est malheureusement le cas pour la majorité, la plupart nous prennent vraiment pour des valises. Voici quelques exemples de pubs qui m’horripilent :


Les produits nettoyants : sérieusement, quand le bain est tellement sale qu’on ne sait plus de quelle couleur il est ou que tu passes la vadrouille sur le plancher et qu’on voie la trace laissée par le chemin parcouru, ce n’est pas d’un nouveau détergent dont tu as le plus besoin, mais plutôt d’une bonne thérapie et d’un consultant en hygiène.


Les produits corporels : ils sont pratiquement toujours recommandés par une association de médecins, dentistes, etc., quand ils ne sont pas carrément présentés par des acteurs se faisant passer pour des professionnels de la santé. La blouse blanche ça marche, mais est-ce vraiment un gage de qualité et peut-on vraiment si fier? Sincèrement, j'en doute fort.

De leur côté, les cosmétiques et crèmes hydratantes pour les femmes quant à eux, sont toujours présentés par des femmes qui en ont vraiment besoin… vraiment? Pour la plupart, ce sont des canons de beauté avec une peau quasi parfaite, sans aucune ride ou presque et qui n’ont aucune idée de ce que le mot « cellulite » veut dire.


Les véhicules automobiles : suis-je le seul à ne pas être capable de lire en moins de 2 secondes les petits caractères qui font une demi-page au bas de l’écran ?

« Vous payer le prix employé », sérieusement, ça veut dire quoi exactement? Ça veut dire qu’en fin de compte tout le monde paye le même prix!


Les matelas : ça fait plus de 50 ans que les matelas sont à moitié prix et c’est d’une constance inébranlable, est-ce que je me trompe en disant que c’est le vrai prix de détail et que ça n’a rien à voir avec un escompte?

Les épiceries : dernièrement, la mode est aux étiquettes rouges qui nous pousse à acheter en plus grande quantité, achetez-en « 4 pour 4$ », mais en tout petit caractère on peut aussi lire « 1 pour 1$ », alors c’est quoi le « deal » d’en acheter 4?


Les promos télé: toutes ses pubs de bidules genre, la lampe torche de qualité militaire ou le masseur de pieds électrique, etc., qui vous incite à composer un numéro de téléphone pour en faire l’achat. C’est toujours une offre d’une durée limitée pour laquelle vous en obtenez un deuxième gratuitement, pour plusieurs paiements mensuels qui en fin de compte, font que le bidule finit par coûter cher. Sérieusement, si ce n’est pas vendu en magasin ou que tu ne peux pas le commander par Internet, c’est sûrement une bonne idée de s’abstenir. Mais la vraie question qui se pose c’est qu’avant de voir ce bidule à la télé, est-ce que tu te disais « merde, si un bidule comme ça existait, je l’achèterais sur le champ » ou « comment ai-je pu m’en passer pendant toutes ces années? ».


Garantie ou argent remis : Pour une boîte de céréales? Du savon à linge? Sérieusement, à moins de pouvoir se faire rembourser directement par le détaillant ou que le montant de l’article acheté soit suffisamment important, qui va payer plus cher en frais de retour par la poste que la valeur de l’article? La plupart du temps, ça n'a aucun sens.


Bref, on nous prend pour des valises et c’est à la limite insultant!


Ce qu’il faut comprendre avant tout, c’est que les entreprises ne font pas de cadeaux, leur premier but étant de faire des profits, pas des cadeaux. Lorsqu’on vous propose des articles en solde, c’est qu’il y a souvent anguille sous roche! Sachez que personne ne vend à perte, à moins d’être en faillite. La plupart du temps, les prix sont gonflés avant de proposer un escompte, ou bien le détaillant a simplement diminué sa marge de profit, dans le but de liquider des articles qui ne se vendaient pas ou qu’il avait commandés en trop grande quantité. À la limite, dans de rares occasions, le détaillant peut parfois vendre au prix coûtant, dans le but d’éviter une perte. Alors quand on vous propose 70% de rabais, c’est soit que personne n’en voulait ou que la marge de profit du détaillant sur les autres articles à prix régulier est carrément indécente.


Il est vrai que les détaillants usent de diverses stratégies pour attirer leurs clients. En affichant quelques articles à prix réduit, ils savent que les clients, une fois sur place, vont aussi acheter d’autres articles à prix fort. Réduire leur marge de profit sur quelques articles peut devenir très rentable comme stratégie, mais en aucun cas ils ne vendent à perte, même ces articles en super solde.


En plus, les grandes chaînes de magasins bénéficient d’un plus grand pouvoir d’achat et le roulement est souvent dix fois supérieur à d’autres détaillants de plus petite taille. Encore une fois, c’est mathématique : quand tu vends 1 article à 35$ pour faire 10$ de profit et que ton concurrent lui en vend 10 à 30$ et fait 5$ de profit sur chacun, ce dernier empoche 50$ de profit quand toi tu n’en fais que 10$. Vendre plus, même à rabais, génère encore plus de profit! C’est le principe des chaînes de magasins comme « Wal-Mart » et « Costco ». De plus, Costco augmente sa marge de profit en vendant des formats de plus grande capacité, et ce sans compter l’abonnement annuel.


En réalité, personne n’économise vraiment, on ne fait que surconsommer, c’est tout! Nous avons l’impression d’économiser, mais ce n’est qu’une impression, parce qu’en fait on consomme deux fois plus, donc en fin de compte on dépense plus (à moins d’avoir 10 enfants à nourrir et de passer 40 heures à courir les rabais en faisant abstraction de l’essence nécessaire pour passer d’un détaillant à l’autre). La seule et unique façon d’économiser, c’est de ne consommer QUE CE DONT ON A BESOIN. Combien de fois nous sommes-nous laissé prendre à acheter le bidule soldé dont on n’avait nullement besoin, simplement parce qu’il était en solde?


Le marketing est une science au service de l’industrie, pas du consommateur, il sert à faire rouler l’économie. Depuis le début des années 60, la production dépasse largement les besoins réels de la population et lorsque les gens arrêtent de consommer, l’économie s’écroule et on tombe en récession. Le marketing est l’outil qui sert à stimuler et réguler la consommation. Je suis parfaitement conscient que nous avons besoin de consommer et que c’est le moteur de l’économie, en fait il n’y a rien de mal à ça… tant et aussi longtemps que les gens ne s’endettent pas à outrance. Mis à part des biens de première nécessité ou des investissements majeurs, comme l’achat d’une propriété, on ne devrait jamais acheter à crédit si on ne peut pas le payer à la fin du mois. Mais le crédit, ça sert aussi à ça : s’endetter pour se faire plaisir au lieu d’attendre d’économiser pour pouvoir se l’offrir. Vivant dans un pays industrialisé possédant un système capitaliste, impossible d’y échapper!


Bref, comme tout le monde je suis un consommateur, et j’essaie de le faire intelligemment. Mais ce qui me tape sérieusement sur le ciboulot, ce sont toutes ses pubs ou l’on nous prend vraiment pour des imbéciles.


28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout